Affaire du trafic des chevaux : la transparence pour rétablir la confiance

Depuis plusieurs jours, des articles de presse se succèdent, après celui de Midi Libre du 25 août dernier, révélant l’existence d’un trafic de chevaux. Un « réseau mafieux belge » aurait frauduleusement contourné notre réglementation sanitaire en rachetant à des centres équestres ou des particuliers des chevaux de selle pour les faire abattre après avoir falsifié leurs carnets de santé.

Outre la fraude économique et morale, puisque qu’il aurait été promis aux propriétaires concernés une « retraite paisible » à leurs montures – qui finissaient en réalité à l’abattoir, ce trafic pose un véritable problème de santé publique puisque les chevaux de selle reçoivent le plus souvent des traitements médicamenteux qui les rendent impropres à la consommation.

Il semblerait qu’un certain nombre de ces chevaux aux « faux papiers » ont été abattus au sein de l’abattoir d’Alès comme dans celui de Pézénas.

Les différentes enquêtes lancées tant par la justice que par les services du ministère de l’Agriculture doivent aboutir le plus rapidement possible. Toute la lumière doit être faite sur cette affaire car la meilleure manière de rassurer au plus tôt les consommateurs, c’est de leur offrir la plus grande transparence. La parole des responsables doit être alors respectueuse de la réalité, sans nier les évidences et et les faits : retrouver la confiance des consommateurs passe par cette exigence.

Si les consommateurs se détournaient de la filière équine, cette affaire pourrait mettre en péril la structure municipale de l’abattoir d’Alès et ses emplois, où les chevaux représentent 20% du chiffre d’affaire : au vu de la situation économique et de l’emploi dans le bassin d’Alès, nous n’avons pas besoin de ce coup dur supplémentaire.

Nous tenons à apporter notre solidarité aux salariés de l’abattoir d’Alès qui, ces dernières années, ont fait preuve de professionnalisme pour contribuer à redresser cette structure.

Cette nouvelle affaire montre qu’il est plus que jamais urgent et nécessaire de renforcer les différents contrôles et réglementations pour garantir aux consommateurs la plus grande transparence dans la traçabilité de l’ensemble des filières de l’industrie agroalimentaire.

Benjamin Mathéaud
Conseiller municipal d’Alès

Jean Claude Holdrinet
Conseiller politique régional d’Europe Ecologie Les Verts

 

Ce billet a 0 Commentaire

Laissez un commentaire