ZAD golfique « Les Hauts de Saint Hilaire » : De l’inutilité publique à l’incurie politique

 

Mon intervention lors du conseil municipal d’Alès du lundi 24 juin 2013 :


Intervention de Benjamin Mathéaud, conseil… par partisocialisteales

Monsieur le maire, nous sommes dans les derniers mois de votre mandat et c’est le moment de commencer à faire le bilan. Après Mercoirol et l’Eco-quartier, c’est aujourd’hui un autre de vos grands projets que vous avez vendu aux alésiens en 2008 qui prend l’eau et commence à faire naufrage.

Je veux parler bien sur du projet d’aménagement golfique « Les Hauts de Saint Hilaire ».

 

 

Dans son rapport particulièrement détaillé et argumenté de 143 pages, la commission d’enquête a donné un avis défavorable à la demande de déclaration d’utilité publique du projet d’aménagement « Les Hauts de Saint Hilaire ».

C’est un camouflet sans précédent pour votre majorité. L’analyse souligne l’impréparation du dossier, l’absence d’argumentation, le manque de cohérence, la pauvreté des études, l’indigence des choix environnementaux, la faiblesse d’une vision globale du projet.

L’enquêteur écrit ce que nous disions depuis longtemps : le projet de golf et les projets d’aménagement annexes  ne sont pas viables économiquement et écologiquement.

Dans son rapport la commission d’enquête a fait apparaître au grand jour les nombreuses incohérences du projet d’aménagement « Les Hauts de Saint Hilaire ».

Incohérence financière parce qu’économiquement ce golf n’apporte pas de garanties de rentabilité avérées et que l’on peut même estimer qu’il engendrerait un déficit annuel d’exploitation de l’ordre de 370 000 €. La gestion de ce golf serait déficitaire et les pots cassés seraient payés par l’Agglo donc  par les contribuables qui seraient sollicités financièrement pour permettre à une minorité de pratiquer le golf. De plus, la création d’emplois ne sera pas au rendez-vous.

Encore plus fort : Le projet immobilier touristique Mas de la Rouquette porté par un investisseur privé concurrencerait le programme des villas golfiques porté par le gestionnaire du golf et mettrait en péril encore plus le déséquilibre financier. « Les retombées économiques du Mas de la Rouquette ne pourront profiter augestionnaire du golf. » Cela frise le dilettantisme voire l’incompétence politique.

Incohérence en matière d’occupation de l’espace car ce projet privilégie l’étalement urbain sur des zones naturelles ou agricoles au mépris des principes actuels de préservation de l’espace.

Incohérence en ce qui concerne la problématique de l’eau. L’enquête le montre : La gestion de l’eau est largement approximative. Aucune étude approfondie sur la récupération et le recyclage de l’eau ne figure au dossier. L’impact des prélèvements d’eau dans le Gardon et l’utilisation d’un forage ne sont pas suffisamment étudiés dans le dossier. Tout est dit ! Tout est démontré !

Incohérence quand à la destruction massive de terres agricoles puisque 42% des terres agricoles actuelles serait urbanisées alors même que que le SCOT Pays Cévennes et la SAFER Languedoc-Roussillon font le constat de la dramatique perte de terres agricoles survenue au cours des deux dernières décennies.

Ce qui apparaît clairement tout au long de cette implacable démonstration, c’est l’impréparation et l’amateurisme du montage de ce projet.

Le désaveu cinglant que vous a infligé la commission d’enquête aurait du vous inviter à un peu d’humilité… Mais non, vous préférez vous permettre toutes les audaces, et vous avez par l’entremise de M. Martinez, directeur des Services Techniques déposé une plainte pour « dégradation de biens publics » à l’encontre de l’association Saint Hilaire Durable. Dégradation de bien public ! Pour une manifestation conviviale, festive et familiale où les membres de cette association ont planté dans un champ en friche qui appartient à l’Agglo quelques graines de courge… Cette plainte serait risible si elle n’était pas d’abord pitoyable. C’est une nouvelle preuve du mépris que vous avez à l’encontre de celles et ceux qui ne pensent pas comme vous.

Avec son rapport, la commission d’enquête vient de sonner les douze coups de minuit et la fin du bal : votre beau carrosse golfique s’est changé en courge…

La « cerise sur le gâteau » c’est que avez aujourd’hui engagé plus de 5M€ d’argent public d’Alès Agglo (pour des achats de terrains) pour un projet qui ne sera qui ne sera vraisemblablement pas déclaré d’utilité publique.

La responsabilité politique c’est de dire ce que l’on fera. Dans le cadre des prochaines élections municipales nous proposerons d’abandonner ce projet mal pensé et très mal engagé. Mais il ne suffit pas de s’opposer, et ma responsabilité est d’ores et déjà de travailler pour proposer un projet alternatif.

Un projet  qui permettra d’exploiter les terres dans un modèle de type agro-écologique, plus respectueux de la nature et de la destination des lieux.

En complémentarité, dans le cadre d’une démarche de développement locale créatrice d’emplois et d’activités, ce projet fera la part belle à la mise en place de filières en circuits courts favorisant l’agriculture locale en promouvant les échanges avec les clients de notre territoire qu’ils soient du secteur privé ou public, comme en restauration collective.

Benjamin Mathéaud, conseiller municipal d’Alès

Ce billet a 0 Commentaire

Laissez un commentaire