Alès : mobiliser les entreprises innovantes pour le développement économique du territoire

Alès mérite une politique de développement économique ambitieuse, l’équipe que j’anime est en train de construire un projet pour notre territoire, de rencontrer des personnes-ressources et dans ce cadre, j’ai demandé à mon ami Gwendal Rouillard, Député du Morbilhan de venir passer la journée à Alès ce jeudi 13 juin. Gwendal Rouillard est Député de la 5ème circonscription du Morbilhan, membre de la commission de la défense nationale et secrétaire national du PS, il est proche des ministres de la défense Jean-Yves Le Drian et de l’agriculture Stéphane Le Foll. Pour ce déplacement, j’ai souhaité faire connaître et valoriser plusieurs entreprises et projets de notre territoire dans des secteurs différents mais qui représentent un important potentiel en matière de développement économique.

L’innovation au service de la défense et de la sécurité civile :

130613-safer-gwendal-rouillard-benjamin-matheaud

Gwendal Rouillard, député du Morbilhan, Benjamin Mathéaud, conseiller municipal d’Alès et Christophe Cayrol, fondateur de l’entreprise SAFER

Gwendal Rouillard est le secrétaire de la commission de la défense nationale et des forces armées, il était donc naturel que je lui propose de rencontrer l’entreprise SAFER. Créée par Christophe Cayrol en juillet 2012 à Alès, la société SAFER conçoit, produit et commercialise des équipements de sécurité « intelligents » destinés aux secteurs militaires et civils qui associent deux fonctions : un dispositif de surveillance spécifique à la menace ainsi qu’un électrostimulateur. Si un danger est détecté (présence de métal, caractéristique d’une mine par exemple) l’électrostimulateur, provoque une contraction instantanée du muscle et donc un mouvement immédiat de retour en sécurité. Cette rencontre a permis à Christophe Cayrol de présenter son dispositif à Gwendal Rouillard afin que ce dernier puisse relayer une demande d’expérimentation des « SAFER SHOES » auprès de nos forces armées.

La filière agro-alimentaire, manger sain et local :

Benjamin Mathéaud et Gwendal Rouillard, visite de l'entreprise agroalimentaire SENFAS

Benjamin Mathéaud et Gwendal Rouillard, visite de l’entreprise agroalimentaire SENFAS : échange avec le PDG Michel d’Ozenay

Nous avons été accueillis dans l’entreprise SENFAS qui depuis 20 ans fabrique, importe et distribue des produits alimentaires Bio. Son PDG Michel d’Ozenay est un entrepreneur militant qui a mis au cœur de son entreprise des valeurs humanistes, solidaires et des pratiques de développement durable. SENFAS a mis en place une filière courte d’approvisionnement en viande de bœuf et de veau. à partir de sites d’élevage, abattage et de découpe situés à proximité d’Alès. Fier de notre identité cévenole, Michel d’Ozenay a développé récemment une nouvelle gamme de plats cuisinés « les mijotés cévenols » inspirés de recettes anciennes cévenoles telles que les tripes d’Alès et les saucisses d’Anduze aux lentilles qui sont élaborés en circuit court : les viandes utilisées dans ces plats cuisinés proviennent en intégralité d’animaux élevés en Cévennes.
C’est un bel exemple du potentiel de la filière agro-alimentaire en circuit court, que nous aurons à développer sur notre territoire dans les années qui viennent.

La transition énergétique :

Gwendal Rouillard, député du Morbilhan, Benjamin Mathéaud, conseiller municipal d'Alès, Stéphane Tortajada, premier secrétaire fédéral du PS du Gard : échange avec

Gwendal Rouillard, député du Morbilhan, Benjamin Mathéaud, conseiller municipal d’Alès, Stéphane Tortajada, premier secrétaire fédéral du PS du Gard : échange avec Luc Jacquet cofondateur de boostHEAT

Véritable start-up des nouvelles technologies de l’énergie, boostHEAT dont les créateurs Jean-Marc Joffroy et Luc Jacquet ont fait le choix d’installer leur siège social à Alès, développe une nouvelle génération de chaudières réduisant la consommation de 25 à 60% grâce à un procédé original de compression thermique (fusion entre deux technologies la chaudière et la pompe à chaleur). Ce projet très innovant doit permettre à l’entreprise de devenir l’un des acteurs majeurs des nouvelles technologies de l’énergie.
La transition énergétique est l’un des défis que nous devons relever dans les années à venir. La diminution de notre consommation d’énergie domestique (chauffage) est à la fois un enjeu écologique mais également social (baisse de la facture énergétique). Autour d’entreprises comme boosHEAT et de notre offre de formation, nous pouvons faire émerger un véritable « cluster transition énergétique » sur notre territoire.

La création et l’innovation culturelle :
La France est un des leaders mondiaux dans la création de jeux vidéos, secteur en très fort développement. A Alès, Salim Zein, un enseignant vient de recevoir pour son projet Arcademie un award aux E-virtuoses, le rendez-vous international dédié au “Serious game”.
Le projet Arcademie vise à détourner des jeux vidéo du marché pour les utiliser comme support pédagogique. Son créateur veut créer une SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif, structure de l’Économie Sociale et Solidaire, ESS) pour développer Arcademie et ses futurs modules complémentaires.
La culture et l’éducation sont primordiaux pour le développement social et le bien être des populations mais ils sont également vecteur de développement économique pour un territoire. Nous avons à Alès le terreau nécessaire, nous devons y encourager toutes les initiatives et en particulier celles qui allient les nouvelles technologies de l’information et de la communication source de croissance dans les prochaines années.

Avec plus de 16% de taux de chômage (et plus de 50% dans certains quartiers de notre ville) nous avons à Alès un taux de chômage largement supérieur à la moyenne nationale. Alès est la 6ème ville la plus pauvre et nous connaissons une précarité croissante. Il y a ici plus qu’ailleurs urgence sur le front de l’emploi. Nous devons mobiliser tous les acteurs pour démultiplier tous les effets en vue de développer l’emploi et la création d’activité. Il nous faut jouer sur tous les leviers de l’activité économique : industrie et activités innovantes, mais aussi agriculture, services, emplois non marchands. En 2011 sur notre territoire, 70% des créations d’entreprises se sont fait sous forme individuelle (dont 55% avec le statut d’auto entrepreneur) : les très petites entreprises ne doivent pas être oubliées dans les mesures d’accompagnement, car les emplois vont se chercher un par un. A Alès, une nouvelle équipe municipale peut donner un nouveau souffle, un nouveau dynamisme et construire des relations sereines  avec le département et la région pour le développement économique du territoire.

 

Benjamin Mathéaud, conseiller municipal d’Alès

Ce billet a 0 Commentaire

Laissez un commentaire