Maire d’Alès, je serai un chef d’orchestre plutôt qu’un chef de bande !

 

J’ai accordé au Midi Libre Alès une interview sur les prochaines élections municipales à Alès. Je vous invite à la lire ci-dessous.

Entretien réalisé par Fred Gautier, chef d’agence du Midi Libre Alès. Photo de Jean-François Gallier.

 

benjamin-matheaud-ml-jfgSon projet pour les élections municipales sur Alès en 2014 est en gestation, mais déjà, Benjamin Mathéaud prend ses marques et se pose en candidat affiché du Parti socialiste. L’ élu socialiste d’opposition explique sa démarche et ses priorités.   »Je crois en la vertu du travail en équipe », explique celui qui n’a de cesse de prôner la concertation.

 

Pourquoi êtes-vous candidat ?

Le travail que j’ai accompli sans relâche dans l’opposition me donne la légitimité pour proposer aux Alésiens de conduire la liste. J’ai aujourd’hui un large soutien des militants et des parlementaires : les députés Dumas et Verdier, les sénateurs Sutour et Laurent Perrigot, le président du conseil général Alary et celui de la Région Bourquin.

Fabien Gabillon (élu PS) s’est aussi lancé dans la course en créant l’association Fédérer. Comment allez-vous procéder ?

Tout le monde est libre de se présenter au PS. Les règles sont simples, les militants voteront lors des primaires internes au parti le 10 octobre 2013, c’est le suffrage universel qui tranchera. Je préfère le débat plutôt que ce soit un petit cénacle qui décide qui va mener la liste. On est dans une démarche où c’est la base qui investit les candidats. Mais Fabien Gabillon a toute sa place s’il souhaite repartir avec nous.

Quelles sont l’architecture de votre projet et vos priorités ?

J’aime profondément ma ville. J’y suis né, j’y travaille. Je suis révolté de voir que dans Alès les inégalités grandissent entre ceux qui profitent du système en place et les autres. Il y a plusieurs défis qui sont aussi les échecs du maire sortant.

L’emploi, avec plus de 16 % de taux de chômage sur Alès et plus de 50 % dans certains quartiers. Il faut mobiliser tous les acteurs pour démultiplier tous les effets en vue de développer l’emploi.

Le logement car Alès compte plus de 2 000 logements vacants, vétustes ou de standing. Au niveau des HLM, il faut en finir avec le règne du piston. Aujourd’hui, quand vous déposez une demande de logement, vous ne connaissez pas votre rang sur la liste d’attente. Il faut plus de transparence.

L’éducation car l’école est une promesse de la République. Notre ville doit réinvestir fortement dans les bâtiments, le périscolaire et les cantines scolaires. L’éducation est un élément fort de l’attractivité d’une ville.

Il y a la nécessité d’un autre type de gouvernance, le maire s’est enfermé dans une tour d’ivoire, parfois loin de l’intérêt général. Alès a besoin de retrouver de la sérénité, de la transparence et de l’équité.

Comment voyez-vous votre action ?

Je veux plus de travail en équipe, de transparence, de consultation et de participation. Maire d’Alès, je serai un chef d’orchestre plutôt qu’un chef de bande ! Je veux développer la démocratie participative, et notamment créer des conseils de quartier pour associer les citoyens aux projets.

Comment allez-vous constituer votre liste ?

Je la veux la plus représentative d’Alès. Si en 1995 Alès avait incontestablement besoin d’une dynamique, vingt ans après, elle a besoin d’un changement de personnes, de générations, de regards. Il faut aussi de la diversité dans l’unité. Je crois en la vertu du travail en équipe, mes élus ne seront pas là pour faire de la figuration.

 

Ce billet a 0 Commentaire

Laissez un commentaire