Débat d’orientation budgétaire 2013 de la ville d’Alès

 

Lors du conseil municipal du lundi 21 janvier 2013 avait lieu le débat d'orientation budgétaire 2013 de la ville d'Alès. Ci-dessous le texte de mon intervention que vous pouvez également écouter en ligne :


Débat d'orientation budgétaire 2013 Ville d… par partisocialisteales

 

Intervention de Benjamin Mathéaud, conseiller municipal d'Alès lors du débat d'orientation budgétaire 2013 (lundi 21 janvier 2013) :

 
Votre note de synthèse d'orientations budgétaires décrit un contexte financier difficile et particulièrement contraint pour le bloc communal. Je veux rappeler qu'après 10 ans d'exercice du pouvoir vous nous avez laissé le pays et ses finances publiques en mai 2012 dans un état catastrophique. Sur les 5 dernières années vous avez augmenté la dette publique de 612 milliards d'euros.
Cela conduit aujourd'hui le président de la république et sa majorité à engager l'indispensable redressement de la France et de ses comptes publics. Dans le cadre de ce redressement des efforts sont demandés à tous, mais avec une immense différence avec ce que vous avez fait dans le passé. Ces efforts sont conduits dans la justice. Il est révolu le temps des cadeaux fiscaux aux plus fortunés dont vous avez vous même pu profiter. La réforme fiscale rétablit enfin la justice en demandant le plus gros effort aux plus aisés.
Un effort est demandé également aux collectivités, c'est le sens du gel de la dotation globale de fonctionnement. Mais là aussi le principe de justice est respecté puisque les dotations de péréquation envers les collectivités les plus pauvres sont en augmentation. Ce qui permettra à notre ville, classée dans les 20 villes les plus pauvres de France, de bénéficier d'une augmentation de sa dotation de solidarité urbaine.
Ceci est d'autant plus nécessaire que la ville est aujourd'hui l'un des derniers remparts pour nos populations: salariées, jeunes, retraités, bénéficiaires d'aides sociales,…..
 
Tenant compte de notre environnement budgétaire, fiscal, financier, du poids de la crise économique, je crois qu'il faudrait, ici à Alès, initier une véritable politique d'aide aux contribuables-citoyens alésiens et à nos entreprises.
Dans les orientations du budget 2013 vous faites exactement l'inverse puisque vous annoncez une hausse de 3,25% du produit des contributions directes autrement dit une hausse de la fiscalité locale. Auxquels il faut rajouter la taxe additionnelle prélevée sur les ménages par la communauté d'agglomération. A ce propos je regrette que contrairement aux usages vous ne donniez pas d'indication sur l'évolution des taux de fiscalité locale que vous envisagez dans le cadre du budget 2013. J'ose espérer que vous n'aurez pas l'audace comme les années passées d'augmenter les taux de fiscalité locale (TH et TF).
Au contraire de votre politique, je propose d'engager un plan fiscal de baisse des impôts sur les ménages afin de soutenir la demande et ce tant que nous ne sommes pas encore sortis de la crise. Pour le budget 2013 cela devrait se traduire par un gel des produits de la fiscalité pour les maintenir au niveau de 2012 afin que pas un euro supplémentaire ne soit prélevé par la ville sur les ménages Alésiens imposables. Ce gel de la fiscalité locale représente pour la ville un effort de l'ordre de 800 000 € (qui correspondent au 3,25% d'augmentation du produit fiscal que vous prévoyez).
Afin de ne pas pénaliser l'investissement de notre ville je propose de financer ce gel de la fiscalité locale par des économies sur les charges de fonctionnement de la ville. A l'heure où nous sommes tous appelés à faire des efforts dans le cadre du redressement de notre pays, et où l'état lui même donne l'exemple avec plus de 10 milliards d'euros d'économie sur le budget de l'état, la ville d'Alès doit également montrer l'exemple. Or c'est tout l'inverse que vous proposez avec une hausse annoncée des charges à caractère général de fonctionnement de 2% (charges qui ont augmenté de 15% depuis 2008). Je vous propose de rompre avec cette inflation des dépenses de fonctionnement. Notre collectivité doit montrer l'exemple en matière d'économie budgétaire. Contraindre les dépenses de fonctionnement nous permettra de favoriser l'investissement.
Nous pouvons réaliser des économies sur plusieurs postes et en particulier le compte 623, à savoir le budget de publicité et relations publiques qui en 2012 représentait à lui seul 1,2 M€ (soit 14% du total des charges à caractère général de la ville).
Vous avez fait le choix d'augmenter les dépenses de communication de 40% depuis 2008 ! Au contraire je vous propose pour le budget 2013 de ramener les dépenses de publicité de notre ville à leur niveau de 2008 soit 700 000 €. Cette économie de 500 000 € représente à elle seule 60% de l'effort à fournir pour geler la fiscalité locale. Les 300 000 € d'économies supplémentaires sont à trouver dans les autres postes en demandant à tous nos services municipaux de participer à cet effort.
Nos concitoyens attendent de la rigueur dans la dépense publique surtout quand les budgets que nous votons proviennent de leurs impôts !
Voilà pour la ville et vous seriez également bien inspiré de faire la même chose au niveau de notre communauté d'agglomération afin de geler également la progression du produit fiscal de la taxe additionnelle à la taxe d'habitation que payent les habitants d'Alès Agglomération et d'étudier la même mesure pour nos entreprises à travers la cotisation foncière des entreprises.

 

 
Concernant les investissements, quelques uns vont dans le bon sens, comme les nécessaires travaux dans les écoles, la poursuite des pistes cyclables ou les investissements de voirie, encore qu'ici il y ait un sacré travail à fournir quand on voit l'état miteux de nombre de rues alésiennes !
Certains me laissent plus circonspects, comme les 900 000€ projetés pour la rénovation des arènes, je ne suis pas sur que cela soit une priorité majeure pour la ville.
D'autres sont de mon point de vue contestables comme la poursuite de la dépense dans la videosurveillance. Depuis 2006 c'est plus de 4,5 M€ que notre ville a dépensé dans l'installation et l'entretien des caméras pour un résultat qui, je le redis ici, n'a jamais fait la preuve de son efficacité.
Vous annoncez un programme d'investissement en baisse alors même que plusieurs réalisations budgétées en 2012 n'ont pas été réalisées et qu'elles ont disparu des projets 2013. Je pense notamment à la transformation de l'ancien foyer des jeunes travailleurs pour lequel 900 000€ étaient inscrits au budget 2012.
A propos de la rénovation urbaine, je veux condamner fermement l'attitude scandaleuse des Logis Cévenols que vous présidez, à l'encontre des commerçants qui sont ses locataires et en particulier dans le quartier des Cévennes. Nous sommes dans un état de droit et vouloir l'expulsion d'un locataire n'autorise pas l'utilisation des pires méthodes d'un marchand de sommeil, les pressions psychologiques et matérielles, pour le faire craquer et le faire partir à tout prix.
Sachez que je vais mettre tout en œuvre auprès de nos députés alésiens et des services du Ministre de la ville François Lamy pour qu'un audit complet sur l'utilisation des fonds de l'ANRU et le respect des engagements pris dans la convention de rénovation urbaine que notre collectivité a signé soit effectué.
 
Globalement tout cela ne fait pas vraiment sens et ne structure pas la politique d'une ville.
 
La vérité Monsieur le Maire, c'est que vous n'avez plus de vision pour notre ville. Le triste constat est que votre majorité est à bout de souffle.
Les grands projets de votre mandat sont en échec comme le multiplexe toujours promis et jamais réalisé ou l'éco-quartier qui n'a pas dépassé le stade du concours d'architecte.
Et ceux que vous inventez à l'a va vite, en fin de mandat, sont inquiétants pour l'avenir de notre ville.
Le déplacement du Magnolia en est un symbole, on déracine un arbre multi-centenaire et demain on coupera certainement un très vieux cèdre, pour faire place nette à la multinationale Vinci et lui permettre de bétonner comme elle le souhaite la place des Martyrs de la Résistance.
Les grands gagnants de votre projet de complexe urbain, ce ne seront pas les alésiens mais bien les opérateurs Vinci et ses associés qui pourront se livrer à leur sport favori, la spéculation immobilière de grande ampleur.
Cet urbanisme débridé, sans règles, sans vision, se retrouve hélas dans votre projet de Plan Local d'Urbanisme en cours d'adoption.
Votre projet de PLU part d'une chimère, pour ne pas dire un mensonge, 20 000 habitants supplémentaires d'ici 20 ans à Alès (soit une augmentation de 50%) alors qu'aucune projection de l'INSEE n’accrédite ce chiffre, qu'aucun argument ne vient justifier cette très forte augmentation de population et qu'aujourd'hui plus de 2000 logements sont vacants sur notre commune, soit environ 10% des logements.
Je vous rappelle en outre que durant les 22 dernières années, la population d'Alès n'a augmentée que de 0,95%…
Ce chiffre extravagant de 60 000 habitants en 2030 vous sert en fait à justifier un règlement d'urbanisme délirant qui livrera définitivement notre ville aux promoteurs.
Jugez plutôt : autorisation de construire jusqu'à 24 mètres (soit 8 étages) dans tout le centre ville d'Alès, jusqu'à 25 mètres dans les quartiers périphériques comme le Rieu ou la Bedosse, le classement en zone à urbaniser de zones jusqu'ici naturelles et protégées… Tout cela servira sans doute les intérêts particuliers de quelques uns qui en feront leur choux gras, mais cela est bien loin de l'intérêt général de notre ville et de ses habitants. Le projet de règlement du PLU fait également l'impasse sur l'intégration paysagère et architecturale des futures construction et n'anticipe en rien les impacts sur la circulation, les déplacements et les stationnements. Votre projet de PLU met en danger l'harmonie urbanistique de notre ville et son esthétique.
Nous voulons tous que notre ville soit accueillante. Pour cela elle doit miser sur la qualité du cadre de vie. Or, en prévoyant une densification déraisonnable et une hauteur de construction bien trop élevée, le risque est grand de défigurer la ville.
« Quand tu ne sais plus ou tu vas, retourne toi et regarde d'où tu viens » dit un proverbe Sénégalais. Il me semble particulièrement adapté. Monsieur le Maire, retournons nous sur notre passé Alésien, pour ne pas reproduire au 21ème siècle les erreurs commises dans les années 50 et 60.
 
Après 18 ans de règne du même maire sur notre ville, je crois que le moment approche pour nos concitoyens de se préparer à l'alternance.
Avec une nouvelle équipe municipale qui soit dans le dialogue, le respect et la transparence.
Avec une nouvelle municipalité qui construise avec les alésiens, dans une démarche de démocratie participative la ville de demain.
Je veux dire aux alésiennes et aux alésiens, par delà l'enceinte de ce conseil municipal, qu'ils peuvent compter sur moi comme sur mes collègues du groupe socialiste pour ouvrir avec eux ce vaste chantier qui nous permettra ensemble de vivre et construire Alès autrement.

Ce billet a 1 Commentaire

  1. rachida dit :

    ET L EMPLOIS DANS TOUS CE BEAU DISCOURS !!!!!! Completement absent! Et pourtant chaque 15 du mois me rappelle que je suis au chomage depuis bien trop longtemps !!!
    Socialiste avant meme d avoir eu l age de pouvoir voter, j ai aujourd hui 39 ans et mère de 3 enfants et suis deseperee !

Laissez un commentaire