Vidéosurveillance à Alès : un gaspillage d’argent public inefficace

Concernant la vidéosurveillance et l'installation de caméras, le député-maire d'Alès est dans une position purement idéologique, il applique les consignes de l'UMP. Nicolas Sarkozy et ses ministres de l'Intérieur successifs (Hortefeux, Alliot-Marie, Guéant) ont demandé à leurs troupes d'installer des caméras : à Alès Max Roustan s'exécute. Sans se poser la question de l'efficacité de la vidéosurveillance et de la facture que vont payer les Alésiens.

Pour ma part, sur ce sujet je suis pragmatique, je ne fais pas de l'idéologie. Je regarde le bilan coût/avantage. Or :
1/ aucune étude n'a véritablement démontré l'efficacité de la vidéosurveillance en milieu urbain.
2/ le coût est exorbitant pour les finances de la ville !

La facture de la vidéosurveillance payée par les Alésiens (investissement + fonctionnement)
Aujourd'hui (début 2012) : 2 800 000 €

Demain (en 2013) 4 800 000 €

Est ce le bon choix de dépenser autant pour un système qui n'a jamais fait ses preuves dans la 11e ville la plus pauvre de France ?

Le maire entraîne la ville dans une fuite en avant qui se traduit par un gaspillage monstrueux d'argent public. Max Roustan précipite la ville dans une impasse financière.

En 2013 : 226 caméras à Alès ! Soit une caméra pour 180 Alésiens.
Alès aura plus de caméras que Cannes (218) ville qui compte pourtant 30 000 habitants de plus.

 
Année Investissement Fonctionnement (entretien + personnel pour gestion des images) estimation basse cf. note1
2006 620 000 € 107 500 €
2007   215 000 €
2008 53 700 € 221 000 €
2009 75 000 € 230 000 €
2010 32 000 € 235 000 €
2011 680 000 € 320 000 €
Sous total actuel (01/12) 1 460 700 € 1 328 500 €
     
2012 550 000 € 400 000 €
2013 610 000 € 470 000 €
Total en 2013 2 620 700 € 2 198 500 €

(1) Coût de fonctionnement : estimation basse !
Coût entretien : 12% de l'investissement en moyenne selon l'Institut d'aménagement et d'urbanisme d’Île de France
Maintenance technique et gestion des images. Pour un système composé d’une vingtaine de caméras, fonctionnant 24h sur 24, cinq agents au moins sont nécessaires, il faut compter 26 000 à 28 000 euros par agent, soit un total de 140 000 euros par an au minimum. (source IAU)

Aujourd'hui 1 500 000 € ont été dépensés en investissement entre 2006 et 2011. A comparer avec le budget des travaux dans les écoles 1 450 000 € sur la même période, chacun jugera des priorités de la majorité municipale UMP d'Alès.

Imaginons ce que la ville aurait pu faire avec ces 1,5 M€ depuis 2006 :
- augmenter de 20 % le budget de rénovation des écoles : 300 000 €
- construire une crèche d'une trentaine de berceaux 800 000 €
- la rénovation et construction d'équipements sportifs dans certains quartiers 400 000 €

Pour 2012 et 2013 la videosurveillance va représenter 1 100 000 € de dépenses supplémentaires en investissement à titre de comparaison :
- réhabiliter le foyer des jeunes travailleurs des Prés Saint Jean 800 000 €
- piétonniser le cœur de ville d'Alès 300 000 €

Sur le fonctionnement, à partir de l'année prochaine c'est au minimum 500 000 € par an que la ville devra payer pour la vidéosurveillance. (sans compter les 1 328 000 € dépensés depuis 2006)
- 500 000 € c'est plus de 60% du montant total des subventions aux clubs sportifs de la ville.
- 500 000 € c'est l'équivalent temps plein de 15 policiers municipaux et leur équipements, bien plus utiles pour faire de la prévention que des caméras

Dans le même temps, depuis 5 ans, les effectifs des fonctionnaires de la police nationale de terrain on fondu avec 30 postes en moins au commissariat d'Alès dont 18 suppressions fermes et 12 officiers de terrain remplaçés par des gardiens de la paix affectés à des tâches administratives dans les bureaux. On a vu aussi la fermeture des postes de police des Prés Saint Jean et de Clavières ainsi que la fermeture partielle de celui de Saint Christol qui n’offre que deux jours d’ouverture dans la semaine. Les effectifs affectés au service de Police Secours (17) ont été divisés par deux passant de 10 à 5 personnes depuis 2002.

Benjamin Mathéaud
Conseiller municipal d'Alès

Ce billet a 0 Commentaire

Laissez un commentaire