Débat d’orientation budgétaire 2012 – Conseil municipal d’Alès

Mon intervention lors du débat d'orientation budgétaire 2012, conseil municipal d'Alès du 19 décembre 2011.
 

 

Permettez moi d'abord de vous faire partager le goût amer, très amer que laisse le jugement en appel pour les Richard Ducros. Ils ont eu gain de cause, tant mieux, sur leurs demandes de financement décent du Plan de Sauvegarde de l'Emploi. C'est la moindre des choses comparé au gâchis humain, économique et social que représente pour eux et leurs familles mais aussi pour tout notre bassin la fermeture de Richard Ducros. On connait le prix, 15 millions d'euros, c'est la somme qu'aura payé Fayat pour avoir le droit de dépecer un concurrent, mettre plus de 200 salariés au chômage et détruire l'un des fleurons industriel de notre bassin. Il est plus que jamais urgent et impératif qu'en 2012 nous ayons un nouveau président de la République qui agisse pour faire plier l'économie financière qui gangrène nos sociétés et redonner le primat à l'homme et l'économie réelle. C'est ce que je souhaite à notre pays pour cette nouvelle année qui s'annonce.
 
En 2012 la crise de la dette, à laquelle la seule réponse que vous apportez est celle des plans d'austérité pour la population, sans aucune mesure de contrôle de la finance, la situation risque de se dégrader plus encore. Ainsi selon la banque Dexia (la principale banque des collectivités locales) il manquera entre 8 et 12 milliards d'euros de financements au secteur public local en 2012. Les besoins de financement des collectivités locales et des hôpitaux, évalués à 22 milliards d'euros, ne seront couverts qu'à hauteur de 64 % au mieux, et de 45 % au pire. Cette situation, fait peser un risque sur l'investissement local, donc sur la croissance économique.
Votre responsabilité en tant que député et celle des vos collègues de la majorité est écrasante dans cette situation. La majorité parlementaire dont vous faites partie, le gouvernement que vous soutenez a fait consciencieusement depuis 10 ans les poches des français de la classe moyenne et populaire ainsi que celles des collectivités locales. Dans quel but ? Remplir les poches de la minorité des Français les plus aisés et nourrir grassement les banques et le système financier.
Comme chaque année le gouvernement que vous soutenez baisse les concours de l'Etat. Maitrise des dépenses publiques, réduction de la dette voilà les arguments servis au sommet de l'Etat pour justifier l'étranglement des collectivités locales. Je veux juste rappeler quatre chiffres
71% c'est la part des collectivités locales dans l'investissement public
10% c'est la part de la dette des collectivités dans la dette publique
65% d'augmentation de la dette du pays c'est le résultat de huit ans de gouvernement de droite.
La moitié des déficits sont imputables à la politique UMP que vous votez et soutenez ce n'est pas moi qui l'affirme mais l'un des derniers rapports de la Cour des comptes.
Je souhaite qu'en 2012 nous ayons une nouvelle majorité pour la France qui rétablisse la justice fiscale et agisse pour une nouvelle étape de la décentralisation efficace et respectueuse des collectivités locales.
 
Avant de revenir sur le fond et vos annonces d'investissement pour 2012. Parlons de votre méthode de gouvernance. Vous vous êtes enfermés dans une sorte de tour d'ivoire, où vous décidez seul et sans partage, souvent bien loin de l'intérêt général.
Deux exemples de cette forme d'autocratisme rampant qui s'est installé dans notre ville.
 
L'élargissement du Grand Alès. Vous auriez pu agir pour convaincre les élus des communes concernées et les populations du bien fondé de l'élargissement du Grand Alès autour d'une vision commune, de projets partagés, d'une gouvernance collective. Vous avez préféré la force, la contrainte. Le résultat votre projet d'élargissement du Grand Alès est passé au forceps, à une voix seulement au sein de la CDCI, et sur le terrain, les populations et les élus restent profondément divisés. Le Grand Alès devrait être un pôle d'attraction, vous en avez fait un repoussoir.
 
La gestion du dossier du City parc est à l'image de votre gestion hasardeuse et de l'arbitraire que vous avez érigée en pratique.
Récapitulons. Vous décidez arbitrairement de permettre à un proche de votre principal collaborateur d'occuper le domaine public pour installer une activité privée de parc de jeux pour enfants place Gabriel péri. Les riverains, les commerçants les Alésiens le découvrent avec l'installation aux frais de la mairie des grilles. Auparavant vous aviez fait voter un tarif annuel de location de 15000 € pour cet espace public. Devant la mobilisation massive des riverains vous faites machine arrière et décidez d'installer votre ami de l'autre côté du gardon sur le champ de foire. Les Alésiens payent le démontage des grilles et une nouvelle installation avenue Jules Guesdes. Vous accordez au passage à votre ami le gérant une ristourne de 5000 € sur son loyer. Vient la saison de la fête foraine. Les forains arrivent à Alès, autorisation d'occupation du champ de foire en poche, et constatent que le City parc occupe une partie de leurs emplacements. Vous tentez d'abord de faire porter le chapeau aux forains en essayant sans succès de les recaser place gabriel péri, puis en leur demandant de verser 10 000 € au gérant du City parc pour l'indemniser avant après deux jours de quasi blocage de la ville de rétropédalage. Au final comme d'habitude ce sont les Alésiens qui payent la note de votre gestion hasardeuse puisque la ville versera 15 000 € à votre ami le gérant du parc. Le sketch du City parc est tristement pathétique.
 
 
Vos annonces d'investissement de 9 M€ sont en baisse de 17% par rapport à 2011. Dont beaucoup de reports comme le système d'information des parkings ou la réhabilitation du FJT.
 
1 700 000 € pour des revêtements de chaussée (Place de l'Abbaye, marché).
Vous faites le choix de réaliser des aménagements en centre ville au coup par coup sans vision d'ensemble.
Le cœur de ville d'Alès, ses habitants, ses acteurs professionnels et commerçants ont besoin de savoir où nous allons. Poser ici ou là à l'aveuglette et sans grande cohérence quelques aménagements ne fait pas une politique d'ensemble. Pire les choix que vous vous apprêtez à faire comme le complexe Place des Martyrs de la Résistance risquent de déséquilibrer l'équilibre de notre cœur de ville mais nous y reviendrons lors du vote de la délibération 13.
Il est grand temps qu'Alès se penche sur l'avenir de son cœur de ville, sur la question de l'organisation des déplacements, de la place de la voiture, de la piétonnisation. sur les moyens de redynamiser son commerce de proximité et redonner un nouveau souffle à notre centre ville. Après le classement des Cévennes au patrimoine mondial de l'UNESCO Alès a été consacrée Porte Sud des Cévennes. L'enjeu du développement touristique des années qui viennent méritent une grande concertation, de grandes assisses du cœur de ville pour mobiliser tous ses acteurs, établir un plan pluriannuel d'investissement pour améliorer la qualité d'accueil, les circulations, établir les besoins en matière de diversité commerciale, de type d'hébergement, afin qu'Alès puisse être une étape attractive et incontournable sur la route des Cévennes. Voilà une ambition collective qui mériterait d'être impulsée par une municipalité réellement audacieuse et ambitieuse. Vous avez malheureusement choisi la stratégie inverse celle des petits coups et de la navigation à vue décidée sans partage dans le seul dialogue avec vous même.
 
Cela fait plus de trois ans, que le Foyer des Jeunes Travailleurs est fermé, bâtiment muré, à l'abandon. Vous annoncez à nouveau 890 000 € d'investissement pour sa réhabilitation (déjà annoncée dans le budget 2011). Vous voulez faire de l'ancien FJT la plaque tournante de la misère et de la précarité. Avec leurs associations caritatives comme les Resto du cœur, les pauvres iront chez les pauvres et resteront entre eux, voilà votre message et votre projet.
L'ancien FJT situé au cœur des Près Saint Jean est aussi aujourd'hui, grâce à la pénétrante vers l'avenue d'Alsace sur un axe passant avec la desserte de la cité scolaire. Il est encore temps de corriger le tir pour que l'ancien FJT soit demain un pôle attractif qui redynamise et tire ce quartier vers le haut. Que faire ? Je vous propose une règle de 3. Un tiers de cet espace dédié aux associations du quartier. Un autre tiers consacré à l'accueil d'un ou plusieurs équipements et services publics. Le dernier tiers consacré à des commerces ou activités économiques.
 
Je ne voudrais pas terminer sans avoir une pensée pour les grandes promesses, pardon les grands projets de votre mandat qui ont pour la plupart du plomb dans l'aile.
Le multiplexe : il est fort probable qu'il ne verra pas le jour dans ce mandat. Vous l'annoncez depuis plus de 10 ans et vous n'avez pas pu, vous n'avez pas sur le faire aboutir. Il devenu l'arlésienne Alésienne.
Mercoirol : Vous aviez promis 180 emplois et un début des travaux en 2009. Vous avez du enterrer ce projet faute d'avoir réussi à convaincre le moindre investisseur de vous suivre sur un tel projet. Aujourd'hui pour sauver la face vous êtes obligé de bricoler sur un coin de table à un mini projet. Vous avez été incapable là encore de mener à bien votre grand projet et la promesse Mercoirol.
Le golf : Hier vous promettiez une opération blanche pour les Alésiens, un projet 100% financé par des investisseurs privés. Aujourd'hui ce sont les Alésiens et Grand Alésiens qui payent la facture. Vous continuez à endetter l'agglo de plusieurs millions d'euros pour ce projet et ce n'est que le début. Il serait tout à votre honneur de revenir sur ce projet qui est une aberration économique et écologique. Aberration économique car en raison du contexte de la crise immobilière et de l'emplacement, aucun investisseur ne viendra s'engager dans la construction d'immobilier de luxe et de standing ici. Aberration écologique, notamment au regard de la ressource en eau et du besoin que nous allons avoir dans un proche avenir de terres agricoles. Nous proposons de lancer sur ces terrains, dont l'agglo est propriétaire, un grand projet structurant, qui s'appuie sur la future cuisine centrale pour alimenter les cantines en Bio, autour du développement des circuits courts d'agriculture raisonnée et Bio.
Mais non vous préférez vous entêter et faire payer tous les grands Alésiens pour qu'une poignée de privilégiés profitent du Golf et que quelques promoteurs puissent faire leurs choux gras en construisant des appartements de standing et des villas de luxe.
 
Les orientations budgétaires que vous venez de nous présenter sont hélas dans la continuité de votre politique. Une politique municipale payé au prix fort par tous les Alésiens mais qui n'est au service que d'une minorité d'entre eux.
 
Benjamin Mathéaud, Conseiller municipal d'Alès PS

Ce billet a 1 Commentaire

  1. yvon astier dit :

    a quand le debat d’orientation du l’agglo fais moi parvenir un courriel merci salut

Laissez un commentaire