Sécurité : M. Roustan le roi de l’enfumage !

 
 
Après l' « affaire Galinier », M. Roustan député de la 4ème circonscription du Gard a déposé une proposition de loi. Il veut redéfinir les limites de la légitime défense pour que "désormais, on soit en légitime défense dès qu'une personne pénètre chez soi, sans autres considérations".

M. Roustan drague grossièrement le FN comme il le fait depuis 15 ans. Rappelons pour celles et ceux qui ne s'en souviennent pas ou qui ne le savaient pas qu'en 1995 lorsqu'il a pris Alès, la liste FN de Vergnes ne s'est miraculeusement pas maintenu au second tour et s'est désistée en sa faveur lui permettant ainsi d'être élu maire d'Alès.

La légitime défense est aujourd'hui clairement définie dans le code pénal. L'article 122-6 dispose qu'en cas d'atteinte aux biens :
« Est présumé avoir agi en état de légitime défense celui qui accomplit l'acte :
1° Pour repousser, de nuit, l'entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité ». On présume que la personne qui habite ce lieu peut raisonnablement estimer être en état de légitime défense.
2°Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence.

D'un point de vue purement philosophique, M. Roustan veut placer la protection des biens avant le respect de la vie humaine. C'est la vision d'une société de l'individualisme absolu et sans limites.
Si la notion de légitime défense est ainsi étendue, de nombreuses personnes vont chercher à s'armer dans cette perspective. De leur côté, les cambrioleurs sachant qu'ils risquent de se faire tirer dessus, en cas de rencontre avec l'occupant de la maison, tireront les premiers que l'occupant soit armé ou non. Ce ne sont donc plus les biens qui seront menacés mais les personnes.
C'est accentuer la dérive vers le modèle américain où tout le monde est armé et où la criminalité est parmi les plus élevées du monde malgré des sanctions pénales extrêmement sévères.
D'autre part, cette prolifération probable des armes aura une autre conséquence inattendue : la multiplication des homicides intrafamiliaux. En effet, les statistiques montrent que lorsque quelqu'un possède une arme chez lui et qu'il s'en sert, dans trois quarts des cas, c'est contre lui ou un de ses proches.

En récupérant politiquement l'affaire Galinier M. Roustan applique la méthode Sarkozy, l'enfumage : un faits divers une loi sur la sécurité : 17 depuis 2002, deux par an !
+ 22%, c’est la hausse depuis 2002 des atteintes aux personnes : atteintes de plus en plus violentes.
+ 40%, c’est la hausse depuis 2004 du nombre de blessés dans les forces de l’ordre.
- 11 000, c’est le nombre de suppressions de policiers et de gendarmes que nous atteindrons en 2010.
20%, c’est la baisse en moyenne du budget de fonctionnement du ministère de l’Intérieur.
30 000, c’est le nombre de peines non effectuées. Et gageons que s’il y avait des moyens au Ministère de la justice et que ces peines seraient effectuées, cela serait certainement plus efficace.

La politique de sécurité de la droite est inefficace. Si M. Roustan veut réellement lutter pour la sécurité des biens et des personnes alors qu'il réclame au gouvernement des moyens pour Alès. Roustan doit arrêter de parler de sécurité il doit agir. Le commissariat d'Alès est aujourd'hui en sous effectif pour couvrir correctement le territoire. Depuis 5 ans il y a 30 fonctionnaires de police de terrain en moins à Alès : 18 suppressions nette d'agents de voie publique et 12 agents du corps de commandement (officiers) qui ont été remplacés par des gardiens de la paix (passés du terrain aux bureaux).
L'effectif global du commissariat d'Alès est passé de 110 en 2005 à 88 en 2010.
Il y a 8 ans les brigades (agents affectés 17 police secours qui est la base du service public) étaient composées de 10 fonctionnaires de police, ils ne sont plus que 5 aujourd'hui pour Alès et Saint Christol (source "Unité Police SGP FO").
Il faut rajouter à cela la fermeture du poste de police de proximité des Près Saint Jean (en 2006) et la quasi fermeture de celui de Saint Christol lez Alès où depuis deux ans il y a un simple accueil deux jours par semaine, la fermeture du poste de police municipale de Clavières.
C'est le résultat concret et local de l'échec de la politique qu'il soutien à l'assemblée depuis 8 ans.

M. Roustan vit dans un autre monde, enfermé dans sa tour dorée. Il n'entend pas la colère, la colère des Alésiens et des Cévenols contre la politique injuste de ce pouvoir. Il ne voit pas ces milliers de citoyens qui ont défilé déjà sept fois massivement dans Alès pour demander la remise à plat de la réforme des retraites.
Où est le Député ? Pourquoi ne défend il pas la réforme des retraites qu'il doit trouver bonne puisqu'il l'a voté à l'Assemblée nationale ? Il doit assumer ses choix !

M. Roustan vote les mauvais coup portés aux salariés (travailler plus longtemps pour gagner moins) par contre il est le premier pour préserver ses intérêts personnels puisqu'il a voté contre l'amendement (249) qui proposait d'aligner le régime de retraites des députés sur celui du régime général…

Rappelons par ailleurs que le Député Roustan n'est pas vraiment qualifié pour venir donner des leçons parlementaires. Il fait partie des 93 députés qui ont été sanctionnés financièrement pour leurs absences en commission (il a assisté à 3 réunions sur 16 entre décembre 2009 et juin 2010) et il est surtout connu à l'assemblée pour être un abonné aux mauvaises places du classement des députés (521ème cette année…)
 
Benjamin Mathéaud, conseiller municipal d'Alès
 
Le lien vers l'article du Midi Libre
 

Ce billet a 0 Commentaire

Laissez un commentaire