Décès de Georges Frêche

Je veux saluer les trois Georges Frêche qui m'ont marqué personnellement et politiquement.
Le professeur d'Université qui m'a enseigné l'histoire du droit en première année à Montpellier en 1993.
Le Maire de Montpellier brillamment réélu en 1995 et pour lequel, alors jeune militant socialiste, j'ai fait campagne.
Le Président de Région, celui élu en 2004, qui en rassemblant la gauche a libéré notre région de l'alliance de la droite et du FN.
De la passion et de la démesure, je retiens la passion, indispensable à toute action de transformation sociale. Un chapitre de l'histoire de la gauche languedocienne se termine, il nous appartient d'écrire ensemble le suivant.
J'adresse mes plus sincères condoléances à sa famille, son épouse et ses filles.
 
Benjamin Mathéaud
Conseiller municipal d’Alès
Secrétaire de section du Parti Socialiste d’Alès

Ce billet a 1 Commentaire

  1. superman dit :

    il est étrange de voir qu’après leur mort, les hommes doivent être soit des saints soit des diables. je ne crois pas qu’il mérite la diatribe haineuse d’alecton(on peut, si ce n’est souhaiter le salut de celui qui fut son ennemi, pour le moins avoir de la retenu vis à vis d’un défunt), ni les dithyrambes de circonstances de ceux qui le combattirent jusqu’à la mauvaise foi, et qui aujourd’hui le couvrent d’éloges.

Laissez un commentaire