Démocratie locale alésienne : la politique de la chaise vide

Lundi 26 avril le maire organisait sa réunion de quartier aux Près Saint Jean. La démocratie locale selon Max Roustan c'est la politique de la chaise vide… Lundi soir au gymnase Jean Macé une cinquantaine de personnes étaient dans la salle dont environ 40 élus, cadres administratifs et employés de la ville d'Alès. Une dizaine d'habitants donc, sur un quartier qui en compte environ 3500 (8,5% de la population Alésienne). Pourquoi une telle désaffection alors que ce quartier est aujourd'hui concerné par une vaste opération de rénovation urbaine dans le cadre de l'ANRU (les sujets de débats auraient pu être nombreux) ?

Les Alésiens et en particulier les habitants des Près Saint Jean en ont sans aucun doute marre d'être pris pour des gogos par le maire et son équipe. Il ont vite compris au fil de ces réunions annuelles qu'elles se bornaient à être une tribune pour le maire et en aucun cas un lieu d'échange sur la politique municipale, un outil de démocratie locale. Le maire, après un film d'auto-promotion (on n'est jamais si bien servi que par son service com),  se contente de commenter quelques diaporamas présentant ses projets pour la ville : il est beau mon bilan hein ? et formidable !

Le quartier des Près Saint Jean est au cœur d'une opération de rénovation urbaine, mais celle-ci est menée sans aucune concertation avec les habitants et les associations (contrairement aux objectifs pourtant inscrits noir sur blanc dans la convention). J'avais d'ailleurs eu l'occasion d'intervenir sur ce point en conseil municipal le 21 septembre 2009. Depuis rien n'a changé, les travaux commencent sans qu'à aucun moment les habitants n'aient été consultés. Le résultat : on est entrain de passer à côté des besoins de ce quartier et de ceux qui y vivent.

Plutôt que la politique de l'auto-promotion et de la mise devant le fait accompli nous défendons la mise en œuvre d'une véritable démocratie locale à Alès. Nous proposons la mise en place de véritables conseils de quartiers dont la création est possible à Alès (cf. le code des collectivités locales). Des conseils de quartier se réunissant régulièrement qui soient systématiquement consultés et puissent faire des propositions sur les aménagements et les projets de la ville. Des conseils de quartiers qui disposent d'un élu référent chargé spécifiquement du quartier. Nous étudierons également la possibilité de mettre en place des budgets participatifs. Les habitants peuvent être ainsi associés aux choix des priorités en terme de travaux d'investissement. C'est aussi un espace de formation pour comprendre les logiques d'un projet d'aménagement, ses acteurs, ses délais, ses contraintes financières permettant ainsi plus de transparence et de lisibilité. Concrètement une enveloppe est répartie entre chaque quartier permettant ainsi aux habitants, à travers les conseils de quartier d'identifier et de proposer les projets prioritaire en matière d'aménagement de proximité (aménagements de voirie, espaces verts, éclairage urbain, aire de jeux,…).

Ce billet a 2 Commentaires

  1. Eric Muret dit :

    Bien, très bien traité ce sujet vital de ce quartier, sa réhabilitation et sa rénovation … (dé)laissées pour compte par l’actuelle municipalité !

  2. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par Benjamin Mathéaud. Benjamin Mathéaud a dit: Démocratie locale alésienne : la politique de la chaise vide http://bit.ly/9Sy413 [...]

Laissez un commentaire