Double peine pour les salariés de SOREPLAST

Les salariés et associés de Soreplast sont en colère et inquiets pour leur avenir. L'entreprise Soreplast aux Salles du du Gardon placée en redressement judiciaire avait été reprise par les salariés sous forme de Société coopérative ouvrière de production (Scop) en octobre 2009 avant d'être mise à nouveau en liquidation début 2010. Les banques refusant de suivre le projet de reprise par les salariés et de venir en appui de leur trésorerie. La double peine pour les Soreplast : ils ont perdu leur emploi et se voient réclamer par le liquidateur 15000€ chacun (correspondant à la partie du capital qu'ils devaient apporter sous forme de prélèvements mensuels). Le 19 janvier dernier lors d'une table ronde à la Préfecture de Nîmes la Région Languedoc Roussillon s'était engagée à verser les 15000€ par salarié au liquidateur… Mais c'était en pleine campagne électorale et aujourd'hui, les nouveaux élus régionaux semblent être aux abonnés absents…

"Nous en avons plus qu'assez d'être pris pour des pions (et des pigeons…), nous demandons à toutes les personnes présentes à cette réunion de respecter leurs engagements, à commencer par le versement des 15.000 euros de capital par la Région" écrivent les représentants des Soreplast. (cf la lettre ci-contre signée également par les maires des communes concernées).
 
Il y a également l'enjeu de la dépollution du site : 120 000 tonnes de déchets (principalement des ballots de plastique) polluent aujourd'hui la zone. La traitement de ces déchets à un coût extrêmement élevé (on parle de 120€ la tonne pour la seule incinération). Là aussi grande inquiétude des salariés/associés de Soreplast qui ne voudraient pas se voir
 
A cela s'ajoute un risque toujours mal évalué du traitement des quelque 120 000 tonnes de déchets qui polluent la zone, et dont la seule incinération est estimée à 120 € la tonne. Sur ce point également les salariés de Soreplast ne veulent pas porter le chapeau d'une situation dont ils ne sont pas responsables et demandent un engagement écrit de tous les organismes de l'Etat et des différentes collectivités prévoyant que les salariés/associés de Soreplast ne soient pas inquiétés sur les risques environnementaux liés à ces déchets.

Ce billet a 0 Commentaire

Laissez un commentaire